Dans sa note de situation du 2 juin l’OMS annonce en République Démocratique du Congo une nouvelle épidémie d’Ebola, virus bien plus dangereux que le SARS-CoV-2 qui frappe notre pays.

Ce retour du virus de la fièvre hémorragique serait centré sur Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Équateur en RDC, le pays ayant sollicité l’appui de l’OMS : 8 cas ont été enregistrés depuis le 30 mai, dont quatre décès (1 confirmé biologiquement et 3 probables)

En ce qui concerne covid-19, la catastrophe annoncée en Afrique n’apparait pas, même si le ministre de la santé de RDC a annoncé que la courbe de covid-19 dans le pays “”est en phase ascendante” ! Les raisons avancées sont multiples : climat chaud, population plus jeune, mesures prises précocement alors que le virus n’est arrivé en Afrique que quelques semaines après l’Europe, moindre circulation des personnes, densité de population plus faible dans de vastes étendues…

Et aussi dès le début de ne pas avoir sous-estimé le risque représenté par SARS-CoV2, avec l’action de professionnels compétents, comme en RDC où le responsable des équipes de prise en charge des patients atteints de Covid-19 est le virologue congolais Jean-Jacques Muyembe (photo ci-dessous), l’un des découvreurs du virus Ebola en 1976 avec le Belge Peter Piot. Le professeur Muyembe a été mobilisé à chaque épidémie d’Ebola dans son pays, notamment à Kikwit (centre) en 1995 : “J’ai consacré toute ma vie et toute ma carrière à lutter contre Ebola“.

Jean-Jacques Muyembe dirigeait jusque-là l’Institut national de recherche biomédicale.
Photo du site web “Jeune Afrique” https://www.jeuneafrique.com/

Share This